Un Œil sur LIVING FOREST

Carte d’Identité

2 – 4 joueurs

8 ans

45 min

« Deck-building » / Stop ou Encore / Collection

Familial

33 €

Auteur : Aske Christiansen
Illustrateur : Apolline Etienne
Éditeur : Ludonaute
Distributeur : Blackrock Games


Octobre 2021


Une description rapide

Incarnez un esprit de la nature et tentez de devenir le Grand Protecteur de la forêt, menacée par les flammes dévastatrices d’Onibi !

Une partie est une succession de tours de jeux composés de trois phases :
– Animaux Gardiens. Simultanément, les joueurs piochent une à une des cartes Animal Gardien de leur pioche personnelle et arrêtent de piocher quand il le souhaitent. L’ensemble des cartes piochées forme la ligne d’Aide. Si jamais leur pioche est vide, il mélange les cartes de leur défausse pour constituer une nouvelle pioche et continuer cette phase. Si leur ligne d’Aide comporte, trois symboles Solitaire, ils doivent impérativement arrêter cette phase et ne feront qu’une action sur deux possibles lors de la phase suivante. Les tuiles Fragment récupérées en cours de partie leur permettent de placer dans leur défausse une carte Animal Gardien avec un symbole Solitaire tout juste piochée ou de détruire une carte Varan. Les symbole Grégaire permettent d’ignorer les symboles Solitaire.
– Action. A tour de rôle, les joueurs effectuent deux actions (à moins d’avoir cumuler trois symbole Solitaire) différentes :
° Prendre un jeton Fragment.
° Attirer un ou plusieurs Animaux gardiens : le nombre de symboles Soleil obtenu sur la ligne d’Aide permet d’acheter une ou plusieurs cartes Animal gardien (pour un coût total égal ou inférieur) à placer au dessus de sa pioche personnelle.
° Éteindre l’incendie : le nombre de symboles Eau obtenu sur la ligne d’Aide permet de récupérer une ou plusieurs tuiles Feu du Cercle des Esprits (de valeur totale égale ou inférieure).
° Avancer sur le cercle des Esprits : le nombre de symboles Tourbillon obtenu sur la ligne d’Aide permet de déplacer sa figurine Esprit de la nature sur le Cercle des Esprits d’un nombre de rochers égal ou inférieur et d’effectuer l’action bonus du rocher d’arrivée. Si au cours de son déplacement un Esprit dépasse un autre esprit, il le saute et le joueur actif récupère une tuile Victoire que possédait le possesseur de l’Esprit ainsi dépassé. Chaque joueur possède en début de partie, trois tuiles Victoire, représentant chacune un douzième des trois conditions de victoire (soit un arbre, une tuile feu et une Fleur sacrée).
° Planter un Arbre Protecteur : le nombre de symboles Arbre obtenu sur la ligne d’Aides permet de prendre un Arbre protecteur (de coût égal ou inférieur) et de le positionner sur une case vide adjacente à un arbre déjà posé de son plateau personnel. Les Arbres ainsi plantés accordent des effets (souvent des symboles supplémentaires) permanents durant la partie. Une ligne ou colonne entièrement complétée ajoutent un bonus supplémentaire alors qu’un angle recouvert octroie un bonus instantané.
– Fin du tour de jeu. En premier lieu, Onibi attaquent les Esprits si des Feux sont encore disponibles au centre du Cercle des Esprits. Chaque joueur, dont la somme de ses symboles Eau est inférieur à la valeur totale des tuiles Feu encore présentes récupère autant de cartes Varan que de tuiles Feu et les ajoute à sa défausse. Puis, des tuiles Feu sont ajoutées au cercle des Esprits selon les cartes Animal gardien achetées. D’autres cartes Animal gardien viennent combler les vides laissés par les différents achats des joueurs. Enfin, les joueurs placent dans leur défausse toutes les cartes qu’ils avaient piochées en début de manche.

La partie se termine à la fin d’une phase d’Action complète lorsqu’un joueur réussi une des trois conditions suivantes :
– Il possède 12 Arbres protecteurs différents (Tuiles Arbre + Tuile Victoire Arbre)
– Il possède 12 tuiles Feu (Tuiles gagnées + Tuiles Victoire Feu)
– Il possède 12 Fleurs sacrées visibles (ligne d’Aide + plateau Forêt + Tuiles Victoire Fleurs)
Le joueur mettant un terme à la partie l’emporte. En cas d’égalité, les trois conditions de fin de partie son additionnées pour déterminer le vainqueur.

Oui ou Non

  • Une édition tout simplement splendide
  • Un livret de règles impeccable
  • Les différents espaces de jeu délimités avec intelligence et praticité
  • Les illustrations des cartes (notamment) magnifiques
  • Un prix défiant toute concurrence en rapport avec la quantité et la qualité du matériel
  • Un jeu très « ludique » !
  • Un temps de jeu idéal grâce notamment à la simultanéité
  • Des intéractions légères qui peuvent pourtant peser lourd dans la balance
  • Un deck-building accessible et familial
  • Le côté toujours stimulant et exaltant du « stop ou encore »
  • Le malus des trois symboles Solitaire pénalisant mais non éliminatoire
  • Un système ingénieux de régénération presque naturel des jetons Feux
  • Un hasard contrôlé par des choix tactiques et l’utilisation des jetons Fragment
  • Les trois façons différentes de l’emporter amenant vers trois voies de développement différentes
  • Des victoires dans un mouchoirs de poche obligeant à une vigilance précise et intense des adversaires
  • Fonctionne parfaitement de 2 à 4 joueurs

En Résumé

En passant dans les allées du Palais des Congrès de Vichy, il y avait des jeux qui attiraient l’œil immédiatement et plus que d’autres. C’est le cas de LIVING FOREST, qui une fois mis en place, faisait détourner le regard à tous les arpenteurs de couloirs. Oui, le jeu est beau, il est même sublime ! Et cela va bien plus loin que la qualité des illustrations. Le matériel est en carton épais, de très grande qualité et pensé de manière pratique. Les supports de tuiles permettent en effet une mise en place très rapide.

La beauté provient également de son thème enchanteur et onirique. Nous voilà plongés dans un monde parallèle peuplé d’Esprits et dans lequel la Nature semble occuper une place essentielle. La poésie s’associe à l’écologie pour délivrer un message de paix et d’amour digne d’un conte de Fée. Mais le calme et la sérénité va être mis en danger par une Force négative contre laquelle il va falloir lutter. La thématique, plutôt bien concrétisée dans le jeu, sert de parfait argument à des illustrations véritablement magnifiques venant sublimer une mécanique très bien huilée. Elle est également un support considérable du ressenti calme et apaisé rencontré autour de la table.

En effet, un peu comme une promenade bucolique, une partie de LIVING FOREST se passe sans accroc. Le jeu se déroule dans une tranquillité débordante, comme si rien ne pouvait nous arriver. Les phases se succèdent avec fluidité et dynamisme. On a même parfois l’impression d’y avoir joué toute notre enfance tant tout paraît évident. C’est ça, LIVING FOREST est une Madeleine de Proust mais dans les catégories nouveauté et modernité ! Et je n’ose imaginer le travail effectué pour déboucher sur un résultat d’une telle précision. L’ensemble des mécaniques présentes et des éléments de jeu sont d’une justesse impressionnante.

La première partie d’un tour consiste en un « stop ou encore » simultané. Chaque carte piochée présente des symboles permettant d’effectuer des actions dans la phase suivante. On pourrait facilement se dire que le hasard risque de jouer les troubles fêtes. Oui, mais non ! Les joueurs vont contrôler ce hasard par l’achat de cartes Animal gardien supplémentaires plus performantes ou ciblant certains symboles davantage que d’autres. Il est aussi possible de repousser de mauvaises pioches en utilisant des tuiles Fragment. LIVING FOREST devient alors un véritable « deck-building » dans lequel les choix orientent peu à peu la stratégie globale de notre partie.

La phase d’actions renforce encore un peu plus cette direction stratégique selon la volonté de chaque joueur de réaliser l’une ou l’autre des conditions de victoire. Car en proposant trois façons de mettre un terme à la partie, le jeu devient très tendu. Les joueurs sont dans l’obligation de se surveiller en permanence. Tout peut aller très vite et les vols des tuiles Victoire peuvent accélérer considérablement la réalisation d’une condition de fin de partie. La vigilance oblige ainsi à effectuer des choix parfois plus pour ralentir certains adversaires que pour réellement mener à bien nos projets personnels. Là encore, les intéractions se positionnent avec grande finesse et subtilité entre un système de jeu plutôt introverti et une obligation de prendre en compte ses petits camarades.

LIVING FOREST est un petit bijou. Sa mécanique de construction progressive d’un moteur de plus en plus efficace et performant fonctionne à la perfection. Les règles, extrêmement bien écrites au passages, sont accessibles et permettent à tous types de joueurs de prendre un maximum de plaisir en moins d’une heure de jeu. Mécaniquement, il est à rapprocher de MYSTIC VALE, dans un style plus épuré et évidemment familial. Il épate par la précision de ce qu’il organise autour d’un thème poétique et d’une identité graphique sublime. Nul doute qu’il sera un candidat idéal sous les sapins de 2021 !


D’autres Articles sur ce jeu



Une réflexion sur “Un Œil sur LIVING FOREST

  1. Je confirme. Living Forest est un petit bijou ludique. Vous n’avez qu’une envie une fois votre partie terminée, en recommencer une autre en essayant d’autres options. Cerise sur le gâteau, le jeu est magnifique.
    J’ai la chance de le présenter en festival le week-end prochain. Assurément un gros coup de cœur de cette fin d’année.

    J’aime

Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s