Un Œil sur LE ROI EST MORT

Carte d’Identité

2 – 4 joueurs

14 ans

45 min

Majorité / Cartes

Amateurs

27 €

Auteur : Peer Sylvester
Illustrateur : Benoit Billion
Éditeur : Origames
Distributeur : Neoludis


Novembre 2021


Une description rapide

Les Écossais, Gallois et Anglais se disputent le contrôle de la Grande Bretagne après la mort du Roi. Tentez de vous emparer du trône en vous rapprochant de la faction la plus influente.

En début de partie, chaque Région composant le Royaume de Grande Bretagne reçoit aléatoirement quatre partisans des trois factions (écossaise, galloise et anglaise). Les joueurs débutent la partie avec 8 cartes Action et deux partisans tirés du sac dans leur cour (devant eux). La partie se compose d’une succession de tours de jeu durant lesquels les joueurs effectuent une action sur les deux possibles :
– Jouer une carte Action. Le joueur actif effectue alors son effet qui permet le plus souvent de placer, déplacer ou enlever des partisans des trois factions du plateau. Une fois jouée, la carte Action ne sera plus utilisable pour le reste de la partie. Après avoir réaliser l’effet de la carte, le joueur actif convoque un partisan à sa cour, c’est à dire choisit un partisan de la faction de son choix du plateau de jeu pour le positionner devant lui.
– Passer son tour. Le joueur actif n’effectue aucune action mais pourra revenir en jeu lorsque le tour de jeu lui reviendra.
Lorsque tous les joueurs décident de passer successivement leur tour, une lutte de pouvoir est déclenchée. Un décompte de majorité a lieu dans la Région contestée, c’est à dire celle correspondant à la carte Région positionnée sur la plus petite valeur encore visible du plateau de jeu (et mis en place aléatoirement en début de partie). La faction disposant du plus grand nombre de partisans prend le contrôle de la Région. Un jeton Contrôle de sa couleur est alors positionné sur celle-ci. Si aucune faction n’est majoritaire, les Français s’emparent de la Région convoitée et un jeton Instabilité est ajouté sur cette Région.

La partie peut se terminer de deux façons différentes :
– Invasion. Les trois jetons Instabilité sont sur le plateau de jeu. Dans ce cas, la partie est remportée par le joueur possédant le plus de sets complets des trois types de partisans.
– Couronnement. Les huit luttes de pouvoir ont été résolues sans Invasion. Dans ce cas, le joueur possédant le plus de partisans de la faction contrôlant le plus de Régions remporte la partie.

Oui ou Non

  • Le titre du jeu froid, cru et mordant
  • Une originalité esthétique attirante
  • Un matériel sublime avec vernis sélectif du plus bel effet
  • Des règles très accessibles
  • Une mécanique minimaliste à l’extrême
  • Un jeu de majorité d’une grande finesse
  • Les luttes rythmées et permanentes d’influence
  • La nécessaire temporisation tactique
  • Des choix cornéliens
  • Une tension ressentie à chaque instant jusqu’au résultat final
  • La nécessité de s’adapter tactiquement en permanence aux évolutions des situations
  • Le mode avancée légèrement asymétrique
  • Une excellente rejouabilité avec une mise en place aléatoire à chaque partie
  • Un temps de jeu idéal
  • Fonctionne parfaitement quelque soit le nombre de joueurs
  • Le mode par équipe à quatre joueurs
  • Une première partie plutôt déroutante dans les options stratégiques à entreprendre
  • Le partage des égalités sur une Invasion peu inspiré

En Résumé

C’est un des jeux que j’attendais le plus en cette fin d’année. LE ROI EST MORT s’est fait attendre quelques mois depuis son annonce de sortie fin août. Une patience mise à rude épreuve pour sans doute mieux apprécier ce jeu délicat et sublime de majorité.

Déjà le titre ! Quel titre ! C’est « brute de pomme », accrocheur et osé. L’éditeur avait d’ailleurs quelque peu hésité à traduire littéralement la version anglaise et avait proposé aux joueurs sur les réseaux sociaux de donner leur avis entre LA MORT DU ROI ou LE ROI EST MORT. Comme quoi, l’ordre des mots pèse sur le sens mais surtout sur l’impression laissée. Ce titre, très percutant, représente parfaitement le côté franc et direct de la mécanique minimaliste qu’il propose. A l’opposé, il laisse de côté la subtilité, pourtant considérablement présente, et peut à mon sens dérouter quelques joueurs ne voyant pas clairement le type de jeu se dissimulant derrière lui.

Il en est de même pour l’illustration de la couverture, peu parlante sur le fond du jeu. Mais quelle machine de guerre esthétique ! La boîte est sublime et s’oppose au style très chargé et moderne actuel. D’une élégance folle et d’une originalité rafraichissante, elle est en parfaite harmonie avec une mécanique tout aussi classieuse. Dans la même veine que LONDRES, du même éditeur, la pureté et la simplicité sont clairement privilégiées et s’opposent dangereusement mais agréablement à la mode actuelle. Le matériel est tout aussi délicat. Les cartes sont sublimes et le plateau aux bordures vernies immerge les joueurs dans des parties aux allures rares et précieuses.

Si l’enveloppe est magnifique, qu’en est-il de son contenu ? La grande force du jeu repose sur l’extrême accessibilité des règles et l’immense fluidité d’un tour de jeu. En effet, un tour consiste uniquement à jouer une de ses huit cartes en main ou à passer son tour. Les effets des cartes sont très simples et permettent le déplacement des cubes représentant les 3 factions d’une Région à une autre ou de/vers la Réserve. Encore une fois, LE ROI EST MORT, se distingue des sorties actuelles « expertes » proposant toujours plus de règles et de complexité. Ici, tout s’explique en deux minutes et les parties ne durent pas plus d’une heure. Quel bonheur !

D’autant plus que le jeu promet des réflexions tactiques poussées sans jamais tomber dans l’extrême. Les choix sont cornéliens tant le résultat se joue sur des détails. Les joueurs devront faire preuve d’adaptations permanentes pour se diriger dans le sens qu’à l’air de prendre le vent, mais sans jamais dévoiler véritablement leurs intentions. La temporisation et le bluff devront être manipuler habilement et conjointement à des attaques plus franches. Chaque utilisation de carte est précieuse. Huit cartes en main pour peut être peser sur les possibles huit luttes de pouvoir ! C’est peu, très peu. La marge de manœuvre est minime et passe donc par un sens du tempo précis, par une observation sans faille du plateau et du jeu des adversaires. Il en découle une forte tension ressentie autour de la table. Chaque geste est scruté, analysé et décortiqué.

LE ROI EST MORT est un véritable coup de cœur. Sa mécanique, très épurée, est d’autant plus appréciable qu’elle sert des décomptes de majorité tendus aux enjeux majeurs pour le déroulement de toute la partie. La rejouabilité est excellente et le jeu fonctionne parfaitement de 2 à 4 joueurs, en proposant un mode par équipe particulièrement efficace. Ce qui déroute sur les premières parties nous enchante et nous enthousiasme sur les suivantes. Tout est élégant, des choix esthétiques jusqu’au système de jeu, en passant par la qualité et la profondeur des réflexions qu’il suscite. LE ROI EST MORT est un très grand jeu, d’une humilité débordante et pour un prix plus que raisonnable.


D’autres Articles sur ce jeu



Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s