L’Œil «Vieux-Jeux »

Le coin des vieilleries… Les meilleures, celles qui continuent à m’en mettre plein les yeux !


Les « Vieux Jeux » par type :


LES PALAIS DE CARRARA

Des Palais à construire, des villes à occuper et des matériaux à récupérer sur une roue aux prix fluctuants. Les parties sont tendues et les intéractions fusent dans cette course aux briques, aux tuiles et aux activations permettant de gagner quelques sous et points de victoire de plus que ses adversaires. Si esthétiquement, il apparait légèrement vieillot, sa mécanique très pure n’a pas pris une ride. Un jeu brillant et accessible pour une paire d’auteurs de génie. Plus édité, une nouvelle version « Deluxe », retravaillée, est actuellement sur Kickstarter.

TZOLK’IN – Le Calendrier Maya

Des rouages imbriqués les uns dans les autres, sur lesquels il faut, soit poser des ouvriers, soit en enlever pour effectuer les actions. Le jeu le plus frustrant de l’Univers ! Il est absolument impossible de tout faire. La souffrance côtoie le plaisir tant la mécanique est innovante et les tours de jeu fluides. Tout se joue toujours à une petite ressource, souvent manquante ! Certainement l’un des jeux les plus costauds intellectuellement. Il demande une anticipation à toute épreuve et une gestion très précise de chaque élément. D’ailleurs, sa réapparition sous le label « Expert » de chez Iello donne le ton. Et pour couronner le tout, il est sublime !

CALIMALA

Comme souvent avec Fabio Lopiano, les règles sont plutôt épurées et accessibles pour un jeu de réflexion intermédiaire. Ici, la mécanique de placement de jetons entre deux actions pour les réaliser induit de fortes interactions puisqu’elle permet aux autres joueurs, déjà positionnés sur cet emplacement, de refaire les actions. C’est fluide et très malin et conduit à un jeu de majorités multiples très tendu dans un temps de jeu raisonnable. L’ordre des combinaisons d’actions et des décomptes de majorités feront la différence. Un jeu subtil d’analyse et d’opportunités à saisir !

A LA GLOIRE D’ODIN

Des actions, des actions, encore des actions ! A la Gloire d’Odin ne badine pas avec les possibilités qu’il offre à chaque tour de jeu ! C’est impressionnant et cela fait même tourner la tête mais pour la bonne cause. En effet, Uwe Rosenberg livre ici un opus d’une densité extrême mais où finalement les éléments s’articulent assez logiquement entre eux. De la pose d’ouvriers et des tuiles, beaucoup de tuiles, pour un jeu au final pas si complexe. Les apparences sont trompeuses. De la bonne grosse gestion sur fond thématique de Vikings, plutôt anecdotique. Lourd mais étonnamment agréable et prenant !

NEWTON

Fan inconditionnelle de Simone Luciani, il fallait absolument que je vous reparle de Newton ! Oui, le thème n’est pas folichon et est plus que prétexte dans ce jeu de gestion de main de cartes et de progression sur différentes pistes à la fois original et élégant. La montée en puissance des actions possibles s’accompagne de choix de plus en plus réducteurs poussant les joueurs à élaborer une stratégie précise et minutieuse. Un jeu d’une richesse folle tenant sur une seule carte jouée à chaque tour de jeu. Le croisement de tous les éléments impressionne ! Assurément l’un des meilleurs dans sa catégorie très velue ! Sa nouvelle édition, contenant sa seule extension, vient de sortir. Foncez !