Un Œil sur FANTASY REALMS

Carte d’Identité

2 – 6 joueurs

14 ans

30 min

Cartes / Draft / Collection

Amateurs

Octobre 2021

23 €

Auteur : Bruce Glassco
Illustrateur : Octographics.net
Éditeur : Don’t Panic Games
Distributeur : Don’t Panic Games


Thématique
Esthétique
Complexité
Réflexion
Interactions
Rejouabilité

★★☆☆☆
★☆☆☆☆
★★★☆☆
★★★★☆
★★★☆☆
★★★★☆

Une description rapide

Construisez le Royaume le plus puissant du Monde !

En début de partie, sept cartes sont distribuées à chaque joueur. Elles possèdent un nom unique, une couleur distincte indiquant leur famille, une force de base (points de victoire) et un Bonus/ Malus faisant gagner ou perdre des points selon conditions. Une partie se compose de tours de jeu successifs durant lesquels le joueur actif pioche une carte, soit face cachée provenant de la pioche, soit face visible parmi celles disponibles de la défausse. Ensuite, il doit défausser une carte de sa main face visible au centre de la table, dans la défausse.

La partie s’achève lorsqu’il y a 10 cartes dans la défausse. Le joueur ayant le plus de points de victoire dans sa main de cartes à la fin de la partie l’emporte.

Oui ou Non

  • Une mécanique minimaliste très agréable
  • Des règles explicables en une minute
  • Les liens entre les différentes cartes très logiques thématiquement
  • La fraicheur des sensations déroutantes qu’il offre
  • Des parties extrêmement rapides
  • Une courbe de progression importante
  • Des combinaisons de cartes qui vont à l’essentiel
  • Une grande accessibilité paradoxalement à une profondeur stratégique importante
  • La sensation d’être sur un fil et de devoir trouver le juste équilibre
  • Les différentes variantes proposées
  • Addictif
  • Une bonne rejouabilité comparativement au nombre de cartes disponibles
  • Une thématique assez vite oubliée bien que les liens entre cartes soient logiques
  • Une grande boîte pour un jeu de 53 cartes
  • Des illustrations efficaces mais sans plus value
  • Une forte part de hasard pouvant influencer la partie
  • Quelques explications d’effets de cartes brouillonnes et peu évidentes à comprendre
  • Un décompte final laborieux

En Résumé

Il y a des phénomènes pour lesquels il est difficile de résister. Après avoir succomber à la mode RED RISING, j’ai eu envie de découvrir le jeu initial qui l’a inspiré, d’autant plus quand celui-ci a été nommé au Kennerspiel des Jahres 2021.

FANTASY REALMS est moins flamboyant que son successeur. On ne peut pas le nier. La boîte, par exemple, suscite moins d’envie, même si, à titre personnel, je trouve l’illustration de couverture originale et réussie. Les deux jeux ont par contre un point commun… C’est le vide à l’intérieur du paquet. Je ne comprends pas l’intérêt d’une aussi grande boîte pour un jeu de cartes, d’ailleurs rangé dans une seconde boîte à sa taille à l’intérieur. Bref… Les illustrations des cartes font le job sans être non plus virevoltantes. L’essentiel est ailleurs…

Effectivement, c’est dans le paradoxe entre la simplicité des règles du jeu et la complexité des dilemmes que les joueurs affrontent que FANTASY REALMS brille de milles feux. La mécanique est très épurée, voire minimaliste. Un tour consiste à piocher une carte et se défaire d’une autre, l’objectif final étant de posséder la meilleure main de cartes possible. Tout est dit… Ou presque, car les cartes sont défaussées face visible et deviennent ainsi disponibles aux adversaires. Chaque choix devient très tactique, entre sacrifice ou abandon volontaire.

C’est dans le paradoxe entre la simplicité des règles du jeu et la complexité des dilemmes que les joueurs affrontent que FANTASY REALMS brille de milles feux.

Les premières sensations sont déroutantes. D’ailleurs quelques effets de cartes ne sont pas évidents à comprendre. Le potentiel de FANTASY REALMS se dévoile progressivement, au fur et à mesure que les parties très rapides s’enchainent. A ce propos, l’addiction est forte et est provoquée par une volonté de mieux comprendre et de s’améliorer personnellement, un peu comme dans un jeu coopératif alors qu’il s’agit bien là d’un affrontement.

Même si le hasard occupe une place importante dans les différentes pioches de cartes, la courbe de progression est importante et tient dans la capacité des joueurs à trouver le juste équilibre en permanence. Une bonne connaissance des cartes est également primordiale pour saisir toutes les opportunités qui se présentent. FANTASY REALMS s’adresse en conséquence à un public plutôt connaisseur de « deck-building » et amateur de combinaisons de cartes stratégiques et opportunistes. Le décompte final vient renforcer cet illusoire simplicité tant il apparait froid et laborieux.

FANTASY REALMS est une curiosité en tout point de vue.

FANTASY REALMS est une curiosité en tout point de vue. La thématique, par exemple, se situe clairement au second plan alors que des liens très logiques apparaissent entre les cartes, lui redonnant légèrement vie par instant. Autre point contradictoire, les sensations sont très froides autour de la table alors que les interactions représentent le cœur du jeu de part les défausses de cartes potentiellement récupérables par les joueurs adverses. Aussi, avec quelques cartes, le jeu possède une réelle rejouabilité et deux variantes. Dernière particularité, les choix sont à la fois légers et profonds pour des parties ne durant pas plus de vingt minutes et qui mettent pourtant le cerveau en ébullition. Un jeu différent, intelligent et étonnant.

Au Final

Déroutant ★★★✯☆

Une mécanique minimaliste faussement accessible.


D’autres Articles sur ce jeu



Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s