Un Œil sur LES ANIMAUX DE BAKER STREET

Carte d’Identité

1-4 joueurs

10 ans

45 min

Enquête / Narration

Familial

Novembre 2022

35 €


Auteurs : Clémentine Beauvais & Dave Neale
Illustrateur : Biboun
Éditeur : Iello
Distributeur : Iello


Thématique
Esthétique
Complexité
Réflexion
Interactions
Variété

☑️☑️☑️☑️☑️
☑️☑️☑️☑️☑️
☑️☑️🔲🔲🔲
☑️☑️☑️🔲🔲
☑️☑️☑️☑️☑️
☑️☑️☑️☑️🔲


Une description rapide

Endossez les rôles des animaux de Baker Street pour résoudre les nombreux mystères qui s’y déroulent.

La boîte contient sept enquêtes, à effectuer dans l’ordre. Pour chacune d’elles, les enquêteurs se laissent porter et guider par le livret et les cartes correspondantes. Pour résumer simplement les règles du jeu, les joueurs déplacent leur Figurine commune sur un lieu en ajoutant un jeton Heure sur celui-ci. Ils lisent la carte correspondante au lieu choisi et décident d’utiliser ou non les capacités des personnages qu’ils incarnent, les objets qu’ils ont pu trouver au cours de leurs investigations ou les informations qu’ils possèdent. L’utilisation d’une carte se fait par association avec une autre. Lorsque le bas d’une loupe s’aligne parfaitement avec le haut d’une loupe sur une autre carte, l’utilisation est soit réussie et donne accès à une autre carte indice, soit ratée et fait perdre du temps.

La fin de partie se déclenche lorsque les jetons Heure sont épuisés. La carte Événement est alors révélée pour aider à la fin de l’enquête si jamais les joueurs ne sont pas parvenus à la résoudre.

Oui ou Non

  • Un thème original et décalé
  • Un matériel superbe et d’une grande élégance
  • Des « héros » animaux auxquels on s’attache réellement, personnifiés, aux caractères bien trempés et aux capacités singulières
  • Des personnages secondaires aux histoires qui s’étoffent au fil des aventures
  • Une règle de jeu qui s’apprend en jouant la première partie
  • Une mécanique de connexion de cartes hyper bien fichue
  • Des écrits de grande qualité, vecteurs d’émotions
  • Des déductions logiques et d’une complexité très juste en rapport avec le public cible
  • De longs moments de narration. Un jeu réservé aux « amoureux » de la lecture
  • Le décalage entre le thème « animalier » s’adressant plutôt à un public d’enfant et le niveau de lecture, de compréhension et d’association d’idées requis

En Résumé

Autant annoncer la couleur tout de suite, les jeux d’enquêtes et moi, ça fait deux ! Non pas que je n’aime, pas mais je suis particulièrement mauvaise. Du coup, LES ANIMAUX DE BAKER STREET s’adressant prioritairement à un public familial, je dis oui. Oui, parce que je lui vois un potentiel à me rendre un peu de dignité et de fierté dans un style qui m’a souvent mise plus bas que terre.

Et il l’a fait ! Oui, les amis… Je suis parvenue à résoudre quelques énigmes. Enfin, moi et ma famille, réunis pour l’occasion non sans un certain plaisir. Je précise que dans ma famille, nous étions trois et sans enfant, ce qui prouve que le titre s’adresse aussi à un public plus adulte. Évidemment, LES ANIMAUX DE BAKER STREET émoustillera encore davantage les enfants autour de la table s’il y en a, à condition qu’ils soient tout de même un peu grands et accompagnés. Il est aussi tout à fait possible de jouer seul même si la lecture sera moins drôle et captivante.

Et cette partie-là de l’aventure, il ne faut ni la rater, ni la prendre à la légère. En effet, la narration fait l’essentiel du temps de jeu, mais aussi du plaisir. Les histoires sont superbement racontées. Un vrai régal, à tel point que les moins « lecteurs » d’entre nous pourront sans doute trouver le temps long. Il faut absolument donner vie aux récits en imitant les voix des animaux ou leurs expressions faciales, parfaitement décrites par ailleurs. En fait, le titre est à mi-chemin entre un jeu et un livre. La narration prend une part très conséquente de l’expérience et parvient à nous captiver.

Le titre est à mi-chemin entre un jeu et un livre.

Pourtant, ce n’était pas chose gagnée. Les « héros » des sept enquêtes contenues dans la boîte sont des animaux. On se dit alors que l’histoire risque d’être niaise et sans enjeux. C’était sans compter sur le talent des deux auteurs qui parviennent à humaniser les protagonistes, en leur assignant de fortes personnalités et des capacités cohérentes et complémentaires. Au fil de l’aventure, ces petites bêtes deviennent attachantes, et les joueurs parviennent à cibler de plus en plus précisément leurs histoires de vie. Leurs répliques sont à la fois touchantes, drôles et font souvent mouche.

Du coup, on se demande si le jeu ne nous touche pas plus par la narration que par les enquêtes à proprement parler. L’envie de poursuivre est irrésistible. Il faut dire que la mécanique, à la fois simple et ingénieuse, nous pousse à l’enchaînement des parties. Les règles sont simples et s’apprennent d’ailleurs en jouant la première enquête. L’idée de connexions des cartes à la recherche de concordances entre le bas et le haut d’une loupe est brillante tout en étant très simple, encore une fois. Les joueurs éprouvent même une certaine attente devant les associations tentées.

Enfin, le matériel est d’une élégance et d’une sobriété splendide, mais met en lumière la seule interrogation que je me pose en sortant de cette aventure : à qui s’adresse réellement le jeu ? La direction artistique, en tout cas l’image de couverture, n’a rien d’enfantin, et quelques dialogues nécessitent une bonne dose de second degré pour être compris à leur juste valeur. Est-ce que le thème animalier ne va pas refroidir les grands enfants de dix ans et leurs parents qui souhaitent enquêter ensemble ? En réalité, je perçois un décalage entre le niveau requis, en lecture notamment, le thème et le style mécanique du jeu, plus adulte.

LES ANIMAUX DE BAKER STREET est bourré de qualités qui arriveront à convaincre petits et grands selon les moments.

J’ai envie de vous dire qu’on s’en fiche. LES ANIMAUX DE BAKER STREET est bourré de qualités qui arriveront à convaincre petits et grands selon les moments. Certes, il faut aimer la narration et être capable de rester concentré pendant de longues plages d’écoute. Les moins rêveurs s’ennuieront, c’est certain. Mais le pari est si osé et si réussi que l’on ne peut que conseiller LES ANIMAUX DE BAKER STREET. Un grand jeu, d’une qualité narrative rare, qui parvient même à nous faire aimer une tarentule !

Au Final

Épatant ! ★★★★★

Des enquêtes passionnantes et très bien narrées dans un univers animalier à la fois mignon et impitoyable !


D’autres Articles autour de ce Jeu



Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s