Un Œil sur PÉRIPLE

Carte d’Identité

2 – 4 joueurs

8 ans

45 min

Collection / Majorité

Familial

23 €

Auteur : Ryan Laukat
Illustrateur : Ryan Laukat
Éditeur : Lucky Duck Games
Distributeur : Neo Ludis


Juillet 2021


Une description rapide

Retrouvez les nombreuses créatures d’Arzium, atteintes d’une étrange maladie du sommeil et perdues au beau milieu de ces terres lointaines !

Une partie se compose d’une succession de tours de jeu. Le tour d’un joueur est divisé en quatre phases :
– Au début de son tour, il peut retourner toutes ses cartes Personnage face visible. Ce retournement est gratuit si elles sont toutes retournées face cachée. Il coûte une pièce par Personnage encore visible si ce n’est pas le cas.
– Le joueur doit ensuite effectuer son action. Il utilise un de ses personnages et place sur le plan commun au centre de la table des marqueurs Exploration en respectant la forme et la configuration indiquées sur la carte Personnage. Cette carte est ensuite retournée de façon à la rendre inutilisable. Chaque case composant le plan ne peut accueillir qu’un seul marqueur. La forme doit être reproduite entièrement, exceptés les emplacements optionnels qui peuvent être achetés deux pièces pour les occuper. Les cases faisant apparaitre des pièces permettent de les récupérer si un marqueur les recouvre.
– A la fin de son tour, si une carte est entièrement complétée, le joueur ayant le plus de marqueurs sur celle-çi la récupère, la retourne sur sa face Personnage et l’ajoute à ses autres personnages utilisables. Un système d’enchères vient départager les égalités. Les autres joueurs possédant au moins un marqueur sur la carte récupèrent une pièce.
– Le joueur peut acheter un artefact lui octroyant une capacité à utiliser avec une carte Personnage quand il le souhaite au cours de la partie. Il sera alors retourné, tout comme les cartes personnages, et redeviendra utilisable lorsque les cartes seront retournées face visible.

Lorsqu’un joueur possède au moins 10 cartes Personnage, la partie prend fin une fois que tous les joueurs ont joué le même nombre de tours de jeu. Les joueurs additionnent les points des cartes et des artéfacts en leur possession. Le joueur avec le plus grand nombre de points remporte la partie.

Oui ou Non

  • L’univers toujours aussi beau et merveilleux de Ryan Laukat
  • Un matériel très agréable et apaisant
  • Des règles très accessibles
  • Des parties rapides et nerveuses
  • Un jeu de placement abstrait simple et efficace
  • Un objectif de majorité plaisant
  • Des cartes double fonction : moyen et objectif
  • Les variantes proposées permettant des défis légèrement différents
  • Des résultats toujours très tendus
  • Des cartes Artefact peu variées
  • Un petit côté répétitif
  • Un thème tiré par les cheveux
  • Moins intéressant à deux joueurs

En Résumé

PÉRIPLE porte très mal son nom. Si les joueurs s’attendent à une aventure dangereuse et périlleuse, ils se trompent complètement. Ce jeu est un doux voyage, comme une romance, dans l’univers toujours aussi poétique et fantastique de Ryan Laukat.

Passons rapidement sur le thème qui n’est qu’un prétexte aux magnifiques illustrations. PÉRIPLE est de loin le jeu le plus simple se déroulant dans le Royaume d’Arzium, après ABOVE AND BELOW et NEAR AND FAR. Les règles s’expliquent et se comprennent en quelques minutes pour un plaisir quasi immédiat. Tout est fluide et très dynamique, et les parties sont suffisamment rapides pour que le côté légèrement répétitif ne gâche pas ce plaisir.

Contrairement aux deux titres précédemment cités, plutôt immersifs, PÉRIPLE est un jeu abstrait aux sensations plutôt frisquettes. La chaleur fait de temps en temps une apparition courte et remarquée, lors du retournement des cartes Personnage et de la découverte de l’aventurier qui fera dorénavant parti de notre équipe. Pourtant, les fortes interactions devraient réchauffer l’atmosphère puisque la mécanique repose sur des placements et blocages dans un objectif de majorité.

Sur ce point, PÉRIPLE va à l’essentiel en proposant un système de jeu d’une efficacité parfaite. Pour l’originalité, on repassera. Mais concrètement, le jeu fonctionne tellement bien et avec tout type de public qu’on se fiche éperdument de son manque d’innovation. Le principe est d’activer une carte pour reproduire une forme géométrique à l’identique sur le Plan en posant nos marqueurs personnels. Lorsqu’une carte est terminée, elle rejoint la main du joueur majoritaire et devient un Personnage supplémentaire dont les formes à reproduire sont plus intéressantes mais souvent plus complexes. Les cartes ont donc une double fonction. Elles sont à la fois un moyen d’occuper le terrain plus efficacement en cours de partie et une source de points de victoire en fin de partie.

Ce système est très malin car il impose aux joueurs d’opérer des choix tactiques à chaque tour de jeu. Il faut déterminer s’il est plus opportun de privilégier la forme que permet d’effectuer un Personnage ou les points de victoire d’un autre couvrant sans doute moins de terrain, à moins de vouloir aussi mettre des bâtons dans les roues de nos adversaires… Mais encore faut-il pouvoir placer l’ensemble des marqueurs demandés. Certains placements nécessitent en effet de nombreuses cases et seront à effectuer dans le bon timing pour espérer activer un Personnage pouvant vite devenir encombrant. C’est ainsi dans l’ordre d’activation qu’apparaît un mécanisme subtil de gestion de sa main de cartes. En effet, pour pouvoir réutiliser un personnage sans que ce soit trop coûteux, il faut les avoir tous activés. L’argent rentre alors en ligne de compte. Tout devient bien plus tendu qu’il n’y paraissait au départ, d’autant plus que l’argent sert également à payer le coût des emplacements optionnels, les artefacts et départage les égalités sous formes d’enchères. Lui aussi est donc à gérer précieusement et avec intelligence.

PÉRIPLE est véritablement séduisant. Très accessible, il cache un jeu très complet associant placement, majorité et gestion. Les éléments de jeu sont intelligemment pensés, de très belle qualité et participent au plaisir d’une mécanique imparable. Évidemment, l’univers esthétique bonifie encore davantage les sensations. C’est un grand oui pour un PÉRIPLE à la fois léger et taquin.


D’autres Articles sur ce jeu


Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s