Un Œil sur PROJET GAIA – Dans l’Univers de Terra Mystica

Carte d’Identité

1 – 4 joueurs

12 ans

120 min

Gestion / Développement

Expert

80 €

Auteurs : Helge Ostertag et Jens Drögemüller
Illustrateur : Dennis Lohausen
Éditeur : Super Meeple
Distributeur : Abysse Hobby


Novembre 2020



Une description rapide

Incarnez l’une des 14 factions qui s’efforcent de se développer paisiblement à travers la Galaxie de Terra Mystica.

Une partie se déroule en 6 manches, représentées chacune par un objectif, octroyant des points de victoire selon sa réalisation pendant celles-ci. Une manche se termine lorsque l’ensemble des joueurs ont passé leur tour.
Au début de chaque manche, les joueurs reçoivent leurs revenus, c’est à dire l’ensemble des ressources rendues visibles et disponibles par la construction de bâtiments sur leur plateau personnel, ainsi que sur les éventuels tuiles « Tech » en leur possession, sur leur « Booster de manche » et en rapport avec leur progression sur le plateau « Recherche ». Ensuite, si les joueurs disposent d’une unité de « Gaiaformation » sur une planète « Transdim », celle-ci est transformée en planète « Gaia ». Les pions « Puissance » dans chaque zone « Gaia » des plateaux de faction des joueurs sont mis dans la « zone 1 » du cycle de puissance. La phase d’action peut alors avoir lieu et, à leur tour de jeu, les joueurs effectuent l’une des 8 actions disponibles :
– Construire une mine sur une planète, en payant son coût en ressources, et en respectant les règles d’accessibilité et d’habitabilité. En effet, le niveau de chaque joueur sur la piste de recherche « Navigation » détermine le lieu où la construction est possible et son niveau sur la piste de « Terraformation » détermine le coût à payer pour rendre la planète habitable.
– « Gaiaformer » une planète « Transdim », en possédant une unité de « Gaiaformation », en payant une quantité de puissance déterminée par le niveau de recherche du joueur sur la piste « Gaiaformation » du plateau « Recherche », et en respectant toujours le la règle d’accessibilité.
– Améliorer les bâtiments existants en payant le coût en ressources et en suivant l’ordre établi des constructions sur le plateau faction.
– Forger une « Alliance » en reliant par des satellites des bâtiments ayant une valeur de puissance de 7 ou plus. Chaque Satellite coûte une unité de puissance. La formation d’une « Alliance » permet de récupérer une tuile, rapportant bonus et points de victoire.
– Progresser dans un domaine de « Recherche » en payant 4 ressources « Connaissance ».
– Réaliser une action du plateau « Recherche » en dépensant de la puissance de « zone 3 » ou des ressources « C.I.Q. »
– Réaliser une action spéciale personnelle se trouvant soit sur le plateau de faction, soit sur une tuile « Tech », soit sur le « Booster de manche ».
– Passer son tour et échanger son « Booster de manche » contre un autre octroyant des bonus (salaire,ressources, ou action…).

A la fin des 6 manches, la partie se termine. Les joueurs obtiennent des points de victoire selon un principe de majorité sur les deux objectifs finaux déterminés en début de partie. Pour chaque niveau 3,4 et 5 atteints sur les pistes du plateau « Recherche », les joueurs gagnent 4 points de victoire. Trois ressources restantes offrent 1 point de victoire. Le joueur ayant accumulé le plus de points remporte la partie.

Oui ou Non

  • La multitude des factions à jouer et donc des stratégies à adopter
  • Les asymétries de capacités et stratégies
  • Une thématisation de Terra Mystica très réussie
  • Les nombreux objectifs de manches et de fin de partie pour une rejouabilité énorme
  • Un matériel très agréable
  • Une iconographie très efficace
  • Un livret de règles dense mais bien réalisé
  • L’action unique à chaque tour pour un jeu plutôt fluide
  • Un temps de jeu très correct pour ce type de jeu
  • Un jeu de gestion complet et de développement très frustrant
  • Les liaisons des différentes actions les unes aux autres
  • Le système d’accumulation de « Puissance » unique
  • La montée en puissance au fur et à mesure de la partie
  • Une courbe d’apprentissage forte et impérative
  • Requiert un effort de concentration important
  • Des combinaisons d’actions, partout et tout le temps
  • D’une profondeur stratégique hallucinante
  • Une première partie complexe, frustrante, chaotique et stratégiquement floue
  • Une mise en place longue
  • Des oublis de règles fréquents dus aux quelques manipulations
  • Les illustrations de la couverture peu flatteuse
  • Des sensations assez froides avec peu d’interactions

En Résumé

La réédition de PROJET GAIA est un des évènements marquants de cette fin d’année. Je me suis posée la question s’il était vraiment nécessaire de faire une énième chronique sur un jeu sorti il y a maintenant bientôt trois ans et encensé de tous les côtés… La réponse paraît évidente lorsque le jeu est un Chef d’Œuvre. Alors je vais redire autrement ce que d’autres ont dit bien avant moi sur PROJET GAIA, histoire de le remettre sous le feu des projecteurs un instant, maintenant qu’il est de nouveau disponible en VF grâce à Super Meeple, même si objectivement, il n’a pas vraiment besoin de moi. Je ne suis pas passée par la case départ TERRA MYSTICA pour découvrir son adaptation dans l’Espace et ce fut donc une découverte totale pour moi. Un premier rendez-vous déroutant de toute part tant l’expérience est riche, profonde et complexe. Le livret de règles, très dense, annonce la couleur et donne immédiatement le tournis. Et cela, en restant uniquement focalisée sur les règles communes à tous les joueurs, ne prenant pas encore en compte les asymétries de pouvoirs, capacités et donc de stratégies à mettre en place. Pourtant, les tours de jeu sont extrêmement fluides et les parties, une fois l’ensemble des paramètres maitrisé, ne s’éternisent pas en longueur. A leur tour de jeu, les joueurs effectuent une seule action parmi les huit disponibles, ce qui rend compte d’une certaine dynamique. Mais les choix sont tellement nombreux, qu’ils deviennent au fur et à mesure de la partie de plus en plus difficiles à faire, et souvent frustrants. Et c’est bien dans ce paradoxe entre l’action unique à effectuer et la complexité des raisonnements à opérer que se situe la grande force de PROJET GAIA. Les options stratégiques sont multiples et surtout sont quasiment toutes liées entre elles, ce qui donne une cohérence importante aux éléments du jeu et à l’histoire qui se construit sous nos yeux. La prise en compte des capacités de la Faction, que chaque joueur incarne, devient donc essentielle pour avoir une ligne directrice stratégique générale, même s’il ne faudra jamais perdre de vue les objectifs de chaque manche, et de fin de partie. En ce sens, les joueurs devront progresser dans de nombreux domaines, comptabilisés en fin de partie, pour pouvoir espérer l’emporter. Il faudra être au four et au moulin, enfin plutôt tenter de coller aux objectifs, comme vu précédemment, mais aussi « grimper » sur les pistes du plateau de recherche, tout en ne laissant pas de côté la formation d’Alliances, pourvoyeuses de points de victoire non négligeables. PROJET GAIA propose donc une expérience d’une profondeur incroyable, même si elle reste relativement « froide » puisque chaque joueur est poussé dans ses retranchements de concentration. L’asymétrie des différentes factions fait que chaque partie est différente, et oblige les joueurs à s’adapter en allant dans la direction stratégique que propose subtilement les capacités et pouvoirs des factions. De même, les objectifs s’avèrent différents d’une partie à une autre, augmentant encore un peu plus la rejouabilité et la variété du jeu, toutes deux impressionnantes. Si PROJET GAIA est difficile d’accès, c’est un fait, l’iconographie très lisible, aide en permanence les joueurs à se rappeler des actions qu’ils peuvent réaliser, de leurs éventuels coûts ou de leurs bonus octroyés. D’ailleurs, on ressent assez rapidement que la lisibilité a clairement été privilégiée sur l’esthétisme, assez rudimentaire et peu attirant, même si le matériel est très agréable à manipuler. PROJET GAIA est un vrai jeu « Expert », prenant l’asymétrie d’expériences comme point de départ à un jeu associant gestion, développement et majorité. Les mécaniques, impeccablement liées, rendent compte d’un thème bien présent et mettent les joueurs devant des dilemmes forts et permanents. Et si une phase d’apprentissage est necessaire pour explorer l’ampleur de son expérience, PROJET GAIA dévoile tout son potentiel au fur et à mesure des parties et monte même en puissance au cours de celles-ci. Il est incontestablement l’un des jeux les plus complets et passionnants qui existent, à condition d’apprécier sa globale complexité et ses interactions relativement « polaires ».


D’autres Articles sur ce jeu



Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s