Un Œil sur WINTER KINGDOM

Carte d’Identité

2 – 4 joueurs

8 ans

45 min

Placement / Développement

Familial

45 € (Version Allemande)

Auteur : Donald X. Vaccarino
Illustrateurs : Marcus Erdt
Éditeur : Queen Games
Distributeur : Queen Games


2021



Une description rapide

Étendez votre Royaume en construisant des maisons et des Forts sur les différents types de terrains !

Une partie se déroule en une alternance de tours de jeu durant lesquels les joueurs effectuent quatre phases :
– Placer des Maisons. Le joueur actif doit poser trois de ses bâtiments sur trois cases Terrain du type de la carte piochée à la fin de son tour précédent. Les bâtiments doivent si possible être posés adjacents à un bâtiment de sa couleur. Avant ou après cette action obligatoire, le joueur peut utiliser les capacités spéciales des cartes qu’il a construites et/ ou améliorées une fois par tour de jeu.
– Gagner des pièces. Le joueur récupère la somme d’argent qu’il vient de gagner en accomplissant les contraintes de poses réclamées par la carte Économie de la partie.
– Acheter ou améliorer une carte Capacité. Le joueur peut acheter une carte qu’il possède en main pour la déposer devant lui ou améliorer une carte déjà achetée. Une fois les cartes achetées, le joueur pourra utiliser leurs capacités de niveau 1. Une fois améliorée, le joueur pourra utiliser leurs capacités de niveau 2. Le joueur aura également la possibilité de payer cinq pièces pour effectuer jusqu’à trois fois l’action de n’importe quelle carte Capacité qu’il a construite.
– Fin du tour. Le joueur défausse la carte Terrain et en pioche une nouvelle pour préparer le tour prochain.
Attention, les cartes Rebondissement peuvent changer les règles de chaque partie et doivent être prises prioritairement en compte dans la réalisation des actions.

La partie se termine lorsqu’un joueur a placé toutes ses maisons et Forts. Le décompte final prend en compte :
– Les cases Châteaux rapportent 3 points de victoire au joueur majoritaire autour d’elle
– Les points de victoire attribués par la résolution des conditions requises par les trois cartes Winter Kingdom choisies en début de partie
Les Forts comptent comme deux maisons dans les différents décomptes.

Oui ou Non

  • Une édition plus travaillée et agréable visuellement que son prédécesseur Kingdom Builder
  • Un plateau de jeu coloré et joli
  • Des styles de bâtiments différents selon les couleurs
  • Des plateaux recto-verso et des assemblages aléatoires pour une très grande rejouabilité
  • Les nombreuses cartes Capacités / Economie / Rebondissements / Winter Kingdom pour des parties différentes à chaque fois
  • Des règles très accessibles
  • Un jeu abstrait subtil
  • Une durée de partie idéale
  • Les combinaisons d’actions facultatives plaisantes
  • La montée en puissance progressive des possibilités d’action
  • Les interactions de placements sur le plateau
  • La nécessité de s’adapter en permanence
  • Le décompte de majorités autour des Châteaux
  • Les décomptes de points de victoire différents à chaque partie
  • Une lecture stratégique et tactique difficile sur les premières partie avec la sensation de jouer complètement à l’aveugle
  • Le hasard de la pioche d’une seule carte Terrain à chaque tour
  • Répétitif et assez ennuyeux
  • Une ambiance très froide autour de la table
  • Des tours de jeu pouvant s’éterniser devant l’analyse indispensable du plateau et des potentialités

En Résumé

Il y a les pros KINGDOM BUILDER qui le citent régulièrement comme l’un des meilleurs jeux de tout les temps. Et puis, il y a ses détracteurs, au moins aussi nombreux, qui ne comprennent pas l’engouement autour de ce titre. WINTER KINGDOM est un « standalone » dans l’univers de son grand frère à la réputation clivante. D’abord proposé via « Kickstarter », il débarque en version Anglaise et Allemande en boutique avec la lourde tâche d’être à la hauteur de son prédécesseur pour les uns et de devenir une base de réconciliation pour les autres. Clairement inspiré des mécaniques de KINGDOM BUILDER , il a pour mission de donner un souffle nouveau à ce titre, devenu un classique du placement et déplacement de constructions. En effet, le système de jeu reste quasiment inchangé, et conserve cette très grande accessibilité qui a fait son succès. Trois bâtiments sont à construire à son tour de jeu en respectant le type de terrain qu’indique la carte piochée par le joueur actif. Ces constructions visent à s’adapter en permanence aux trois façons de marquer des points en fin de partie, à chaque fois différentes et piochées parmi un nombre important de cartes objectifs. Mais WINTER KINGDOM prend ses distances par rapport à son aîné de plusieurs manières. Déjà, les illustrations se veulent plus modernes et bien moins austères. Le rendu visuel est plutôt joli au fur et à mesure des constructions. Ensuite, le jeu se veut plus « joueur » en proposant un système de gain d’argent et d’achats de cartes permettant d’améliorer ses capacités d’action à chaque tour de jeu et de combiner plusieurs effets pour accroître sa propagation sur le plateau de jeu. Les choix tactiques sont alors bien plus nombreux et portent à la fois sur le plateau central et sur les activations de ses propres cartes, pouvant impacter fortement le cours du jeu. Ainsi, le côté très abstrait et hasardeux, bien que toujours fort et omniprésent, est contrebalancé par une gestion de main de cartes pouvant faire très nettement la différence par un enchaînement précis d’activation des effets potentiels. Très tactique, WINTER KINGDOM demandera quelques parties avant de l’apprivoiser. Sa simplicité, presque naïve, n’est en réalité pas évidente à maîtriser, d’autant plus que les importantes interactions vont complexifier les résolutions d’objectifs, en apparence facile à atteindre. Tout est question de subtilité afin de gérer les différentes contraintes, qui encore une fois, ne sautent pas aux yeux au premier coup d’œil. On pourrait d’ailleurs résumer WINTER KINGDOM à ce paradoxe déroutant. Rien ne laisse imaginer une exigence tactique et stratégique telle. La lecture des règles nous amène même à penser à un titre simpliste, presque enfantin. Et la difficulté nous envahit à une vitesse hallucinante. L’effet de surprise est impressionnant. Puis, s’installe des tours de jeu assez répétitifs malgré une belle montée en puissance. Certains joueurs seront sans doute subjuguer par autant de pureté, et d’autres vont s’ennuyer, sans véritablement concevoir les réels enjeux de tel placement plutôt qu’un autre. Ce fut malheureusement mon cas, incapable de me projeter sur une stratégie claire. WINTER KINGDOM propose une version complète, plus aboutie que KINGDOM BUILDER. Il ne fera pas l’unanimité, tout comme son prédécesseur, mais plaira aux amateurs du genre. Bien éditée et proposant de nouveaux et nombreux paramètres, les sensations seront relativement proches. La rejouabilité est dingue et le jeu s’avère un casse tête redoutable. Je n’aurai jamais cru réfléchir aussi longtemps pour poser une maison sur un type de terrain imposé !


D’autres Articles sur ce jeu



Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s