Un Œil sur VALERIA LE ROYAUME + SOMBREVAL + DE FEU ET DE GLACE

Carte d’Identité

1 – 5 joueurs

13 ans

60 min

Dés / Cartes

Familial

35 €

Auteur : Isaias Vallejo
Illustrateur : Mihajlo Dimitrievski
Éditeur : Lucky Duck Games
Distributeur : Pixie Games


2018



Une description rapide

Incarnez un Duc cherchant à défendre le Royaume de Valeria et à lui donner toute l’influence qu’il mérite !

Au centre de la table, cinq piles de cartes Monstre sont disposées au dessus de deux rangées de cinq types de Citoyens, eux même au dessus de cinq piles de cartes Domaine. Les monstres sont classés du moins fort au plus puissant dans chaque pile. Les Citoyens ont tous une valeur d’activation différente.
Une partie se déroule en une succession de tours de jeu durant lesquels quatre phases vont avoir lieu :
– Phase de Lancer. Le joueur actif lance les dés.
– Phase de Récolte. L’ensemble des joueurs activent leurs Citoyens selon le résultat du lancer de dés. La valeur de chaque dé ainsi que la somme des deux dés sont pris en compte pour activer les cartes Citoyen portant les mêmes valeurs. Ainsi, les joueurs récupèrent des ressources (or, force et magie) selon les indications du bas des cartes Citoyen. Le joueur actif prend en compte le pouvoir de gauche alors que les autres joueurs reçoivent l’effet de droite.
– Phase d’Action. Le joueur actif effectue deux actions parmi les quatre suivantes :
° Terrasser un Monstre. Il s’agit de payer un nombre de ressources de force (et de magie) égal à la valeur indiquée sur le Monstre pour récupérer cette carte Monstre. En terrassant un monstre, le joueur actif obtient un bonus immédiat en plus de points de victoire en fin de partie.
° Recruter un Citoyen. Il s’agit de payer un nombre de pièces d’or (et de magie) égal à la valeur indiquée sur le Citoyen et de récupérer cette carte pour la mettre dans sa zone de jeu. Chaque exemplaire supplémentaire d’un citoyen déjà possédé coûte une pièce en plus. Lorsqu’une pile de Citoyen est vide, une carte « épuisée » est placée à l’endroit de l’ancienne pile.
° Gagner une ressource. Il s’agit de prendre une ressource d’or, de force ou de magie de la réserve.
° Construire un Domaine. Il s’agit de payer un nombre de pièces d’or (ou de magie) égal à la valeur indiquée sur le Domaine pour récupérer cette carte. Pour pouvoir construire un domaine, le joueur actif doit posséder dans son royaume les Citoyens avec les symboles « rôles » apparaissant sur la carte Domaine. Un Domaine permet d’obtenir un bonus immédiat à sa récupération en plus de points de victoire de fin de partie.
– Phase de fin de tour. Le joueur actif passe les dés au joueur à sa gauche et un nouveau tour commence si les conditions de fin de partie ne sont pas réunies.

La partie prend fin lorsque l’une de ces trois conditions sont réunies à la fin de la phase d’action d’un joueur :
– Tous les Monstres ont été terrassés
– Tous les Domaines ont été construits
– Le nombre de pioche « épuisée » est égal au double du nombre de joueurs
Le décompte final prend en compte :
– Les points de victoire des Monstres terrassés
– Les points de victoire des Domaines construits
– Les jetons points de victoire accumulés en cours de partie
– Les points de victoire des cartes Duc. En effet, en début de partie, chaque joueur choisi une carte Duc parmi deux lui indiquant une façon singulière de gagner des points.

SOMBREVAL
Il s’agit de la première extension du jeu. De nombreuses cartes Monstre, Citoyen, et Domaine sont ajoutées au jeu de base dans un univers ténébreux. De nouvelles capacités apparaissent également. Des cartes Évènement sont associées à la pioche des cartes épuisées de façon à ce qu’ils se déclenchent lorsqu’une carte de ce type est ajoutée en jeu afin de combler le vide laissé par le recrutement du dernier Citoyen d’une pile.

DE FEU & DE GLACE
Il s’agit de la deuxième extension du jeu. De nombreuses cartes Monstre, Citoyen, et Domaine sont ajoutées au jeu de base dans un univers soit désertique soit glacial. De nouvelles cartes Évènement également.

Oui ou Non

  • L’univers fantastique toujours efficace
  • De très belles illustrations
  • Un matériel impeccable
  • Une boîte bien pensée avec des intercalaires de rangement, et intégrant la possibilité de rajouter les extensions
  • Des règles accessibles et des iconographies facilitant l’expérience
  • Un livret de règles très complet accompagné d’une aide de jeu rappelant l’essentiel
  • Des tours de jeu fluides et dynamiques, sans aucun temps mort
  • Un « minivilles » plus joueur
  • Des choix tactiques intéressants portés par une certaine légèreté
  • Des interactions sous forme de courses aux cartes
  • Une montée en puissance progressive
  • Une excellente rejouabilité, avec notamment des propositions de variantes et l’apport des deux extensions
  • Un décompte final rapide et simple
  • Fonctionne aussi bien selon le nombre de joueurs
  • Légèrement répétitif et pouvant trainer un peu en longueur

En Résumé

VALERIA c’est d’abord un Royaume fantastique, peuplé de citoyens vigoureux prêts à le défendre contre des invasions permanentes de monstres et d’immondes créatures. Cette thématique très attrayante est prétexte à des illustrations époustouflantes, très stylisées et taillées sur mesure pour porter un jeu pourtant très mécanique. En reprenant le système de jeu de MINIVILLES pour en faire quelque chose de plus « costaud », VALERIA se revendique le penchant « joueur » de ce dernier. Le titre s’appuie essentiellement sur des cartes que l’on active par des lancers de dés à nos propres tours de jeu mais aussi lors des tours de nos adversaires. Le principe est extrêmement simple, par définition sans temps mort et implique une grande fluidité. Mais VALERIA LE ROYAUME va plus loin, en proposant un jeu de gestion de ressources parallèlement à la mécanique principale, dans le but d’acheter des cartes pourvoyeuses de points de victoire et correspondantes à un objectif personnel de fin de partie. Un jeu de cartes donc, avec des pouvoirs à activer, des guildes à collectionner, et tout ça dans un univers fantastique… Vous le voyez venir le jeu pour « barbus » en IUT d’informatique ? Pourtant il serait dommage de s’arrêter à cette idée caricaturale du public cible et de passer à côté d’un excellent jeu de collection. L’une des forces de VALERIA repose sur sa prise en main immédiate et sa grande fluidité alors que le titre présente une véritable richesse tactique et stratégique, bien que s’appuyant sur le hasard de lancers de dés. Il faudra être dans le bon timing de récupération de ressources pour pouvoir terrasser les monstres les plus intéressants ou construire les domaines les plus avantageux. C’est dans cette course aux cartes que l’on retrouve toute l’interactivité de VALERIA. Les cartes peuvent rapidement nous passer sous le nez. Tout va très vite, et il faudra faire preuve de vigilance sur les convoitises de chaque joueur. Les cartes Citoyen sont essentielles et représentent la base de notre moteur de ressources, indispensable à l’acquisition des cartes « monstre » et « domaine ». Trois types de cartes donc, l’un comme moyen d’obtention des deux autres. Le système est ingénieux et fonctionne à la perfection. L’univers proposé est vraiment très agréable, même si l’on est bien loin de l’immersion annoncée dans le préambule de la règle du jeu. Très clairement, on va acheter des cartes qui permettront d’en acheter d’autres. La mécanique est très forte, ce qui nous empêche parfois de jeter un œil sur les illustrations magistrales de Mihajlo Dimitrievski. VALERIA LE ROYAUME brille également par sa grande accessibilité. L’iconographie est parfaite et facilite grandement l’expérience de jeu. Les deux actions à effectuer parmi quatre sont compréhensibles en quelques secondes. Le décompte final porte sur l’essentiel, et est rapide, concret, et extrêmement simple. En fait, tout a été conçu pour garantir le plaisir des joueurs sans élément pouvant le contrarier ou chichi pouvant le parasiter. Cette idée se ressent jusqu’à la qualité sans faille du matériel ou l’intelligence des rangements proposés dans la boîte de jeu avec l’utilisation d’intercalaires permettant d’ordonner les différentes cartes afin d’améliorer les mises en place des parties futures. En ce sens VALERIA LE ROYAUME propose une expérience ludique globale de très haute qualité. Le jeu s’adapte parfaitement quelque que soit le nombre de joueurs et leur expertise et sa rejouabilité est impressionnante, notamment avec l’apport des différentes extensions apportant un grand nombre de cartes supplémentaires, et leurs lots de possibilités tactiques associées. A la fois léger et d’une grande richesse, tout en restant à la portée de tous, VALERIA cache son exigence dans un sentiment de liberté immense. D’ailleurs, l’abondance de certaines ressources et l’utilisation de la magie comme joker peut légèrement abaisser l’intensité des parties et rendre les objectifs visés parfois facilement atteignables. La montée en puissance des possibilités des joueurs est saisissante, même si la mécanique peu parfois devenir répétitive, et influer sur l’impression de longueur du temps de jeu. VALERIA LE ROYAUME est un excellent jeu intermédiaire réclamant anticipation, réflexion, observation, opportunisme et chance ; des éléments résolument ludiques !


D’autres Articles sur ce jeu



Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s