Un Œil sur IMAGINARIUM + CHIMERA

Carte d’Identité

2 – 5 joueurs

14 ans

90 min

Course aux points / Gestion / Objectifs

Expert

Imaginarium 45 €
Chimera 22 €

Imaginarium
Chimera

Auteurs : Florian Sirieix et Bruno Cathala
Illustrateur : Felideus Bombastis
Éditeur : Bombyx
Distributeur : Asmodée


2017



Une description rapide

Pénétrez dans la manufacture à rêves, et optimisez vos machines dans votre atelier, capables de les fabriquer.

Une partie se déroule en une succession de tours de jeu, chacun composés de trois phases :
– Planification. Dans l’ordre des « bricoleurs » sur la piste d’initiative, chaque joueur positionne son bricoleur devant une machine disponible ou sur un extracteur de « charbonium ».
– Réalisation. Dans l’ordre des « bricoleurs » dans le « bric-à-brac », chaque joueur réalise cinq étapes :
* Utilisez les machines de son atelier. Le joueur récupère les ressources que produisent ses machines réparées.
* Récupérez une machine réservée ou extraire du « charbonium ». Le joueur récupère la machine « cassée » qu’il avait réservée en payant son coût en « charbonium » et la positionne horizontalement à côté de son atelier / Le joueur récupère le « charbonium » indiqué sur l’extracteur sur lequel il a positionné son « bricoleur ».
* Effectuez deux actions parmi six possibles. Une double aiguille permet de sélectionner les deux action choisies et doit obligatoirement changer de position d’un tour à l’autre. Les actions sont donc réalisables par paire. Elles permettent de :
° Réparer : Défaussez les ressources requises d’une machine cassée pour la placer dans son atelier.
° Démonter : Défaussez une machine réparée ou cassée pour récupérer le double de ressources de sa réparation ou le nombre de ressources de son niveau.
° Réorganiser : Combinez les machines de votre atelier pour changer ou améliorer leur production.
° Effectuer des transactions : Effectuer jusqu’à trois achats ou ventes de ressources, « charbonium » ou points de victoire.
° Extraire : Recevez trois « charboniums » de la réserve.
° Recruter : Achetez un assistant contre son cout en « charbonium ». Il vous octroie un bonus d’action durant toute la partie.
– Valider des projets. Le joueur vérifie s’il a rempli les conditions nécessaires à la validation d’un ou plusieurs projets. Si c’est le cas, il dépose un de ces jetons sur le ou les objectifs en question et remporte les points de victoire correspondants.
– Finir son tour. Le joueur positionne son bricoleur sur le plus petit numéro disponible
Les joueurs vérifient s’ils ont atteint 20 points de victoire. Si ce n’est pas le cas, le plateau de jeu est réinitialisé pour un nouveau tour.

Lorsqu’un joueur atteint 20 points de victoire lors de la phase de vérification, tous les joueurs révèlent leurs ressources, « charbonium » et points de victoire cachés derrière leur paravent. Deux points de victoire sont attribués à chaque joueur ayant la majorité pour chaque ressource et le « charbonium ». Après ce décompte, le joueur ayant le plus de points l’emporte.

CHIMERA

Récupérez les fragments de rêves s’échappant de l’usine pour améliorer votre productivité !

Il s’agit de la première extension nécessitant obligatoirement le jeu de base. Les règles existantes restent inchangées.
En plus du matériel supplémentaire permettant de jouer jusqu’à six joueurs, on retrouve de nouveaux « Projets », de nouveaux « Assistants » et de nouvelles « Machines ». CHIMERA contient deux modules principaux :
– L’action « Rêvasser ». Lors du choix de ses deux actions, un joueur peut désormais renoncer à l’une des deux actions sélectionnées et choisir de « Rêvasser ». Il peut ainsi placer devant lui, en file indienne, des « fragments de rêves » de couleurs différentes accumulés derrière son paravent. Chaque fragment lui permet de progresser d’une case sur la piste des rêves et ainsi récupérer les « bonus » sur son passage. Si deux fragments de même couleur se suivent, alors le joueur avance d’une case supplémentaire sur la piste. Enfin, il est possible de poser un « cauchemar » chez un adversaire, à la suite de son rêve. Ce dernier ne pourra poser qu’un seul fragment après ce cauchemar. Les fragments de rêves se récupèrent lors de la phase de réservation des machines (qui accueillent désormais chacune un fragment en début de chaque tour), mais également en démontant des machines. Les cauchemars peuvent être défaussés lors de la réorganisation de l’atelier. Si un joueur atteint la dernière case de la piste de rêves, la partie prend fin.
– La possibilité de jouer par équipe. Les points de victoire de chaque coéquipier s’additionnent pour tenter d’obtenir 25 points de victoire, qui deviennent désormais la condition de fin de partie. Certaines cartes « d’attaque » et de « défense » ciblent l’ensemble des joueurs d’une équipe. Les règles du jeu de base s’appliquent normalement et chaque joueur effectue des choix individuels au sein de son propre atelier mais s’ inscrit dans des décisions et une gestion de ressources collectives derrière un seul paravent.

Oui ou Non

  • Des illustrations somptueuses
  • Un matériel très beau et extrêmement agréable
  • Une thématique très intrigante et attrayante
  • La création d’un véritable univers, d’une identité singulière
  • Les noms des machines drôles, représentatives et poétiques
  • De très fortes interactions
  • L’ingéniosité des aiguilles d’actions associées
  • Le système de combinaisons de cartes très inventif
  • L’objectif de course aux points de victoire dans un jeu de gestion
  • Les ressources cachées tout au long de la partie
  • Optimal entre trois et quatre joueurs
  • Des sensations fréquentes de grande frustration
  • Des règles très bien écrites, et parsemées d’explications immersives et amusantes
  • Des règles accessibles pour un jeu complexe
  • La progression sur la piste des rêves permise par Chimera, diminuant légèrement la frustration
  • Un important temps d’attente lors du tour de jeu des adversaires
  • Un jeu de gestion très mécanique
  • Les difficultés éprouvées lors des premières parties pour comprendre les combinaisons de machines
  • La complexe communication dans le jeu en équipe et son intérêt limité
  • Le but principal (la course aux objectifs) présentant peu d’originalité

En Résumé

C’est dans un premier temps l’allure sublime des figurines qui saute aux yeux dès l’ouverture d’une boîte d’IMAGINARIUM. Les illustrations de la couverture laissaient déjà présager d’un matériel somptueux, très soigné et d’un univers extrêmement singulier. Mais les « Bricoleurs » transportent véritablement le jeu dans des sphères de perfections artistiques rarement atteintes. Et tout est absolument magnifique, du rendu physique des ressources en passant évidemment par les illustrations des « machines » pour terminer par le plateau de jeu présentant des détails remplis d’humour. Un ensemble d’éléments proposant une poésie folle, que l’on retrouve surtout dans les noms des « machines » mais également dans les mises en situation contextualisées que proposent la règle du jeu. Rien est laissé au hasard et chaque petit détail aide réellement les joueurs à s’imprégner de la thématique et à pénétrer dans cette usine à rêve. IMAGINARIUM propose un univers très singulier et véritablement rafraichissant. Ce décor onirique « steam-punk » est d’ailleurs l’un des gros points forts du jeu, qui est parvenu à se distinguer fortement des autres de même catégorie. En effet, l’originalité thématique conduit à des particularités artistiques qui ne laissent personne indifférent. Mais, elle permet également de mettre en scène une mécanique « huilée » de réparation, combinaison et démontage de « machines » tout aussi plaisante. Si les associations de cartes peuvent apparaitre compliqués sur les premières parties, tout prend sens très rapidement. Et la double aiguille d’actions est aussi redoutable qu’agaçante tant les joueurs souhaiteraient pour le coup la démonter. Cette subtilité de paire d’actions fait d’IMAGINARIUM un jeu très frustrant et exigeant. La moindre erreur peut faire perdre beaucoup de temps, et le temps est précieux puisque il s’agit bien d’une course aux points de victoire, récupérés en priorité dans une course aux objectifs. IMAGINARIUM va demander beaucoup d’anticipation, notamment dans la phase de « planification »mais également pour gérer les ressources nécessaires à l’obtention des « machines » requises par les objectifs. IMAGINARIUM est un pur jeu de gestion, à peine déguisé en course ou inversement, dans lequel les cartes sont à la fois des outils et des buts à atteindre. Et qui dit Course, dit interactions ! Elles sont très fortes et omniprésentes, et occuperont toutes vos pensées même si au moment de réaliser les deux actions, les joueurs seront bien « seuls dans leur tête » pour établir leur plan. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle l’attente peut être un peu longue entre deux tours de jeu. Il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte paradoxalement à un nombre d’action relativement réduit, des règles plutôt accessibles et une fluidité tout à fait correcte. En ce sens, IMAGINARIUM peut paraitre froid et très mécanique. Il l’est et d’ailleurs dans tous les sens du terme ! Mais il fonctionne à merveille et lorsque les règles sont peu à peu maitrisées, le temps de partie est considérablement diminué, ce qui contribue à accentuer le plaisir. CHIMERA permet même de varier les plaisirs en proposant une version par équipe, avec laquelle j’ai eu du mal à me familiariser en tant qu’individualiste forcenée, mais qui a le mérite de proposer une forme de pratique pas si courante que ça pour un jeu entre « familial + » et « expert ». Le module principal de l’extension permet une autre voie de développement possible avec la progression sur la « piste des rêves » en contre partie d’un « sacrifice » d’action. On augmente les possibilités en abaissant légèrement la tension et surtout la frustration. L’expérience est plus riche mais moins punitive. En jouant sur ce curseur, IMAGINARIUM devient ainsi beaucoup plus polyvalent. Selon les envies et goûts de chacun, il s’adaptera parfaitement à l’instant présent et aux joueurs réunis autour de la table. Un excellent jeu, très malin, qui ne souffre pas de son complexe de beauté, tant sa profondeur et sa rejouabilité sont à la hauteur.


D’autres Articles sur ce jeu



Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s